Bio

 Elle aussi a été formée par l’éducation nationale… Grande source de jeunes talents !

Dans la veine d’Oldelaf, lui aussi du sérail, Véronique s’émancipe !              Parce que l’école c’est bien, mais… C’est bien !

Et elle laisse divaguer son inspiration au grès des ses expériences ou de son imaginaire…

En classe, elle est digne de l’enseignement et le sérieux est d’autant plus accentué quand elle met ses lunettes !

Sur scène, l’adolescente qui sommeille en elle, s’exprime enfin ! Surtout quand elle en est à son troisième virjin mojito !

Et le choix entre raison et passion, enseignement et musique, fut vite tranché ! Les deux monsieur l’inspecteur !

Puisque le ridicule ne tue pas, que, qui ne tente rien n’a rien, que nos doutes sont des traîtres et qu’ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer, que là où se trouve une volonté, il existe un chemin………..

C’est

« L’échec est une chose. C’est l’abandon qui est  inacceptable »

qui l’aura poussée à finaliser son 1 er album EKKLEKTIK qui a mûri…En même temps qu’elle ! Petit à petit grâce à de belles rencontres et à la vie qui passe tout simplement…… Trop vite…….

Elle ne va pas plaire à tout le monde… On ne peut pas plaire à tout le monde !

M’enfin pas de là à relancer la mode des cheveux courts !

Et puis le travail est là, indéniable !

Le talent aussi !

L’universalité, n’est, elle, pas recherchée !

Ses compos oubliées dans un tiroir, l’ont suppliée de leurs petites voix de les laisser voir le jour via cet album !

Comment résister à cet appel ?

Comment résister à l’envie de scène, de public, de partage ?

Elle n’a pas trouvé et elle a craqué !

 

Alors enfin pourquoi The Little Frenchie (T’lf) ?

Les premières chansons étaient en anglais.

Puis, petit à petit elle a osé se mettre à nu, en composant d’abord, en français/anglais, puis tout en français.

Adepte de l’autodérision, elle a préféré anticiper,  » And her very good english accent » a donné lieu à son nom de scène.